JOUR 75 - En avant toutes, Sheryl Sandberg - Partie 1

JOUR 75 - En avant toutes, Sheryl Sandberg - Partie 1

(Note : toutes les traductions sont des traductions personnelles depuis l’exemplaire en VO ; je n’ai pas la version française)

Sheryl Sandberg est l’actuelle directrice des opérations (COO), autrement dit la numéro 2 de Facebook. Elle a auparavant travaillé plusieurs années chez Google, et avant cela encore au département du Trésor des États-Unis. Elle figure depuis 2011 dans le classement Forbes des dix femmes les plus puissantes du monde.

En 2010, elle a donné une conférence TED intitulée « Pourquoi nous avons trop peu de femmes dirigeantes » (Why We Have Too Few Female Leaders?), dans laquelle elle partageait trois conseils aux femmes qui souhaitent avancer dans leur carrière. _Lean in _est dans la droite ligne de ce discours.

L’autrice s’appuie sur des données issues d’études et recherches récentes et d’expériences vécues, signant un ouvrage à la frontière de l’autobiographie, de l’essai, et du développement personnel. En onze chapitres, elle dresse un portrait des obstacles les plus fréquents que rencontrent les femmes occidentales dans le monde professionnel aujourd’hui.

L’ensemble livre est une entreprise de mentorat à l’attention des femmes dans la vie active. En aidant à décoder des situations insidieuses et les schémas de pensées acquis qui peuvent freiner des avancées professionnelles, il appelle aussi à prendre ses responsabilités. Il montre que dans bien des cas, des changements de psychologie et de comportements parfois mineurs peuvent faire toute la différence sur le long terme entre un parcours jalonné d’échecs subis et mal digérés qui entraînent un désinvestissement progressif, et un parcours professionnel riche, et gratifiant, constitué de défis que l’on s’est choisis. L’honnêteté dont fait preuve Sheryl Sandberg en partageant des histoires personnelles potentiellement embarrassantes, son sens de la nuance et le soin qu’elle met à respecter tous les choix possibles, font recette dans cet ouvrage qu’on a envie d’avoir comme livre de chevet pour repenser ses choix professionnels passés et futurs.

Je pense que de nombreuses femmes reconnaîtront un ou plusieurs des défis auxquells elles ont elle-même été confrontées. Depuis le syndrome de l’imposteur jusqu’à la manière de gérer sa vie de famille en passant par les choix de carrière ou encore la question du mentorat. J’ai envie de partager quelques passages 

Le premier concerne le syndrome de l’imposteur. Sheryl Sandberg raconte qu’elle a entendu parler du phénomène pour la première fois lors d’un discours délivré à l’Université, lors d’une cérémonie d’intronisation au club Phi Beta Kappa, réservée aux femmes.

 « (La conférencière) expliqua que de nombreuses personnes, mais notamment des femmes, se sentent être des imposteurs lorsqu’elles sont complimentés our leurs réussites. Au lieu d’avoir le sentiment qu’elles ont mérité cette reconnaissance, elles se sentent peu méritants et coupables, comme si on avait fait une erreur. Alors même qu’elles réussissent très bien, voire sont des expertes dans leurs domaines, les femmes semblent ne pas pouvoir se débarrasser du sentiment que c’est seulement une question de temps avant que l’on découvre qui elles sont vraiment : des imposteurs aux compétences ou talents limités.

J’ai songé que c’était le meilleur discours que j’avais jamais entendu. (…) Enfin, quelqu’un exprimait exactement ce que je ressentais. (…)

Lors de la réception commune qui a suivi la cérémonie (…) j’ai parlé à un de mes camarades de classe masculin du discours incroyable de Dr. McIntosh sur la manière dont nous nous sentons tous être des imposteurs. Il m’a regardée, perplexe, et m’a demandé : « Pourquoi est-ce que ce serait intéressant ? » »

Elle explique que si les hommes et les femmes sont tous susceptibles d’être atteints d’un syndrome de l’imposteur, les femmes tendent à l’expérimenter de manière plus intense, et à s’en trouver plus limitées.

« Peu importait à quel point je m’en tirais bien dans mes études, je me sentais toujours comme si j’allais être prise en flagrant délit d’ignorance absolue. Ce n’est qu’au moment où j’ai entendu ce discours (…) que ça m’a frappée : le vrai problème n’était pas que je me sente comme un imposteur, mais que je passe ressentir quelque chose profondément et intensément, et que cela soit complètement faux. (…)

J’ai appris avec le temps que même s’il était difficile de se débarrasser des sentiments de doutes de soi-même, je pouvais comprendre qu’il s’agissait d’une distorsion. Je n’aurais jamais la confiance facile de mon frère, mais je pourrais remettre en cause l’idée selon laquelle je courais droit à l’échec.  »  

Pourquoi est-il crucial d’interroger son syndrome de l’imposteur ? Parce qu’il ralentit, voire empêche, dans le fait de se saisir d’opportunités nouvelles. Or, ces opportunités sont rarement offertes à quelqu’un, même lorsque le travail de cette personne est méritant : il faut bel et bien décider de s’en saisir. 

« J’ai souvent essayé d’encourager (des femmes) à travailler dans de nouveaux domaines. J’ai eu d’innombrables conversations au cours desquelles les femmes répondaient à cet encouragement en disant « Je ne suis juste pas sûre que je serais bonne là-de-dans. » Ou « Ça semble excitant, mais je n’ai jamais rien fait de tel avant. » Ou « J’ai encore beaucoup à apprendre dans mon rôle actuel. » J’ai rarement, voire jamais, entendu ce genre de commentaires de la part d’hommes.

Or, étant donné la vitesse à laquelle le monde bouge aujourd’hui, se saisir des opportunités est plus important que jamais. (…) Et de plus en plus, les opportunités ne sont pas  bien définies mais, plutôt, viennent du fait que quelqu’un saute sur quelque chose. Ce quelque chose devient ensuite son travail. »

À suivre dans une partie 2 !

G.C.

VO : Lean In, Sheryl Sandberg. Alfred A. Knopf. 2013

VF : En avant toutes, Les femmes, le travail et le pouvoir, Sheryl Sandberg. Traduit de l’anglais par Marie Boudewyn. JC Lattès, 2013.

Sheryl Sandberg, née en 1969, est l'actuelle directrice des opérations (COO) de Facebook. Elle était auparavant vice-présidente des Ventes et opérations internationales en ligne (Global Online Sales and Operations) chez Google. Elle figure parmi les 50 femmes d’affaires les plus puissantes du monde d’après le magazine Fortune et parmi les 100 personnalités les plus influentes selon le Time.

image
JOUR 76 - L’art de la guerre 2, Sophie-Marie Larrouy // Chronique de Claire Porcher

JOUR 76 - L’art de la guerre 2, Sophie-Marie Larrouy // Chronique de Claire Porcher

JOUR 74 - Stupeur et tremblements, Amélie Nothomb

JOUR 74 - Stupeur et tremblements, Amélie Nothomb