Jour 6 - L’homme du hasard, Yasmina Reza // Chronique de Bree Scotin

Jour 6 - L’homme du hasard, Yasmina Reza // Chronique de Bree Scotin

Un compartiment de train.

Un homme et une femme.

Chacun en soi-même.

L’homme du hasard, c’est d’abord ce voyageur, monsieur Parsky, un écrivain « amer » si l’on en croit l’adjectif qu’il « ressasse » comme une vieille rengaine. L’homme du hasard, c’est aussi le titre d’un livre, rangé dans le sac de cette voyageuse, Martha. Un livre justement écrit par monsieur Parsky. Les rencontres arrivent-elles par hasard ? C’est l’une des questions que se posent les deux personnages.

Pour le lecteur, enfermé dans ce compartiment de train au même titre que Martha et son voisin, la destination (Francfort) n’est que secondaire. Ce qui importe, c’est plutôt le voyage intérieur que mène chacun des personnages, ainsi que le voyage qu’ils n’osent faire l’un vers l’autre et qu’on appelle rencontre. Ce double enjeu est central dans L’Homme du hasard : les deux personnages se rencontrent en pensée avant de se rencontrer en paroles, parce que pour (se) rencontrer il faut d’abord se débarrasser de toutes ses préoccupations personnelles, et puis parce que (se) rencontrer, c’est prendre le risque d’être déçu.

« Peut-être ne devrais-je pas vous connaître monsieur Parsky.

Pourquoi prendre le risque, si par malheur vous ne me plaisiez pas, de ne plus rien aimer de vous ? »

Ce train nous emmène sur bien d’autres rails encore. Ainsi, les personnages mènent une réflexion sur la littérature, en particulier sur les liens qu’un auteur entretient avec son œuvre, et sur les liens qu’une œuvre entretient avec la vie. On y rencontre également une galerie de personnages furtivement mais précisément croqués : Georges, « le moins domestique des hommes » devenu un père dévoué, ou encore le frère de Martha, pour qui l’ordre du monde dépend de son choix de ne poser le pied que sur les dalles blanches de son hall d’entrée.

Cette plongée dans les tréfonds de deux consciences qui nous semblent nôtres, nous interroge, nous surprend, nous amuse, nous dérange parfois, et tout cela en une trentaine de pages seulement.

« LA FEMME. J’aime les voyages.

En posant le pied à Francfort, je serai une autre : la personne qui arrive est toujours une autre.

D’ailleurs c’est ainsi qu’on va, d’autre en autre, jusqu’à la fin. »

Et vous, voyageur-lecteur, quel autre serez-vous après la lecture de cette pièce ?

Bree Scotin 

L’Homme du hasard, Yasmina Reza. Pièce créée en 1995 au théâtre Hébertot à Paris et éditée chez Albin Michel en 2009. 

image
Jour 7 - Bride Stories, Kaoru Mori

Jour 7 - Bride Stories, Kaoru Mori

Jour 5 - L’Apprenti assassin, Robin Hobb

Jour 5 - L’Apprenti assassin, Robin Hobb