JOUR 57 - Culottées 2, Pénélope Bagieu, Gallimard // Chronique de Claire Porcher

JOUR 57 - Culottées 2, Pénélope Bagieu, Gallimard // Chronique de Claire Porcher

Garance, brillante tenancière et éditrice de ce blog, a déjà parlé du tome 1 (c’était le jour 27, allez-y lire), mais je voulais vraiment parler du 2 parce qu’il contient mes destins de femmes préférés…

D’abord, il faut savoir que je n’étais pas la plus grande fan du dessin de Pénélope Bagieu ; j’avais lu un peu de son blog et j’avais arrêté au bout d’un moment, parce que l’ironie du titre « ma vie est tout à fait fascinante » ne fonctionnait plus du tout ; elle ne racontait que des voyages fabuleux au lieu de sa vie toute nulle… Mais j’ai été vraiment surprise, agréablement, par le parti pris graphique des Culottées. Elle a simplifié pas mal de choses, réduit à quelques couleurs fort bien utilisées, et surtout le ton avec lequel elle raconte les histoires (un peu sarcastique, un peu « et ouais, ils ont essayé de l’empêcher mais que voulez-vous, elle était trop super pour se laisser faire ») me ravit à chaque page.

Mais revenons à mes petites préférées. Tout d’abord, SONITA. Mille trente cœurs sur cette gamine (née en 1996) afghane, réfugiée en Iran, qui échappe au mariage forcé et se met au rap… Pardon mais déjà son nom veut dire « hirondelle », ok, et ensuite son histoire va bien péter vos clichés sur les femmes en Afghanistan, les pauvres chouchoutes sous leurs burkas, elles sont bien connes et bien dominées. Eh bien pas Sonita. Au bout de trois secondes elle a compris que le mariage était une forme de commerce très sordide, et elle parvient malgré son éducation dans un environnement ultra oppressif à faire de l’art pour dénoncer la situation des jeunes filles de son pays.

Pénélope Bagieu résume très bien son histoire mais pour tous les détails (et pour vous faire envoûter par le regard intense de Sonita) je vous conseille chaleureusement le magnifique documentaire de la réalisatrice iranienne Rokhsareh Ghaem Maghami, primé à Sundance en 2016.

Ensuite, Betty Davis. Vous pensiez tout savoir sur Betty ? Que le truc le plus important dans sa vie c’était d’avoir épousé Miles ? Bah lisez le bouquin et vous comprendrez pourquoi c’est une icône pour les gens qui ont du goût. Et aussi vous saurez pourquoi c’est important que les femmes artistes soient en charge de leur propre sexualisation (je m’incline devant notre reine à tous Beyoncé).

Enfin, Phulan Devi (sous-titre : reine des bandits <3). Je ne vais pas vous mentir, cette histoire est dure. Mais cette femme est absolument incroyable. Mariée à dix ans à un vieux type qui la bat et la viole quotidiennement, elle est considérée comme un bien endommagé par la société indienne des années 1970, une paria qui n’a plus qu’à se suicider. Donc elle décide qu’elle n’en a plus rien à foutre, et passe à la clandestinité, utilise la violence, rejoint les bandits locaux, qui la traitent étonnamment (non) mieux que les membres des hautes castes de son village. Je ne dévoile pas tout, mais sachez que Phulan aura sa vengeance et deviendra une sorte de Robin des Bois indienne… Puis se lancera en politique ! Il faut lire son histoire dans le détail, même si elle soulève l’estomac parfois, parce que Phulan Devi correspond précisément à la définition du héros homérique, sauf que c’est Durga et non Athéna qui la soutient.

Le livre contient également les histoires de : Nellie Bly qui a inventé le journalisme contemporain, Jesselyn Radack qui défend les lanceurs d’alerte, Hedy Lamarr, dont on se souvient comme actrice mais moins comme inventrice de génie, et enfin de Peggy Guggenheim, sans qui environ 50% des œuvres d’art du vingtième siècle n’auraient pas pu voir le jour (estimation Claire Porcher).

C’est du féminisme de type panthéonique, aux grandes femmes la patrie reconnaissante. Mais c’est un panthéon constitué de perdantes par définition, qui ont su changer l’ordre des choses et ont bouleversé le destin de toutes les femmes autour d’elles. Lisez les Culottées et cueillez un peu de leur colère et de leur force, vous allez voir, c’est révoltant mais tellement libérateur.

Claire Porcher

Culottées Tome 2, Pénélope Bagieu. Gallimard, 2017. 

Pénélope Bagieu, née en 1982 à Paris, est une illustratrice et dessinatrice de bande dessinée française. Elle s'est fait connaître grâce à son blog BD “Ma vie est tout à fait fascinante”, où elle expose des instants de sa vie quotidienne. 

JOUR 58 - &nbsp;La Parenthèse, Élodie Durand

JOUR 58 -  La Parenthèse, Élodie Durand

JOUR 56 - Requiem, Anna Akhmatova

JOUR 56 - Requiem, Anna Akhmatova