JOUR 32 - Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud

JOUR 32 - Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud

« Elle tourne sur elle-même devant le miroir de sa cellule. L’étoffe lourde se soulève à peine. « Je suis dans la maison de mon futur époux, chantonne soeur Marie-Lucie. Il m’a choisie, Il me tend les bras. » Jamais elle ne s’est sentie aussi belle. Sa pureté irradie. Un bonheur profond irrigue son coeur. Elle flotte. Enfin, elle a rejoint les siens. Leur amour est immense. »

Un premier roman acéré. Lucie est une jeune femme en prépa littéraire, un peu perdue. Jusqu’au jour où elle trouve sa voie, la seule voie qui la remplit de certitude et de sérénité.

Résumé : Lucie est amoureuse. Éperdument. Mais pour imposer celui qu’elle a choisi, elle va devoir se battre. Ne pas céder face à l’incompréhension et à la colère des siens.

Malgré les humiliations quotidiennes, les renoncements et l’ascèse, elle résiste et rêve d’absolu. Un jour, pourtant, le sacrifice qu’elle a durement payé est ébranlé par la découverte d’un secret. Le doute s’immisce.

En un mot, elle choisit Dieu et prononce ses voeux dans un couvent. 

On est au XXIème siècle, et son amie de prépa, avec qui elle était inséparable, ne comprend pas. On suivra en alternance leurs deux points de vue. À la troisième personne, on observe Lucie dans ses premiers pas au couvent, ses joies, ses déconvenues, ses efforts ; et en parallèle, à la première personne, les pensées de son amie Juliette qui, coûte que coûte, persiste à venir lui rendre visite.

« - Est-ce qu’elles t’ont rasé la tête ?

- Pardon ?

- Oui, sous ton voile, elles t’ont rasé la tête ou t’ont-elles occupé les cheveux très courts ?

- Elle me sourit. Sa meilleure parade depuis quelque temps. J’essaie simplement de comprendre sa vie. Et cette question m’obsède. J’aimerais tellement la voir sans son voile. Découvrir à quoi elle ressemble maintenant. Vérifier que je la reconnais. »  

C’est un roman qui, sans être manichéen, m’a laissé une impression glaçante. Maëlle Guillaud suit de très près les tourments d’une âme en quêted’idéal et de guidance, qui doit s’adapter à son nouvel environnement - et s’y adapte peut-être même trop ? Un roman sur la religion, la foi, l’amitié mais aussi la manipulation et le pouvoir. 

Efficace et fin.

« Lorsqu’elle prend place à la table du réfectoire, soeur Marie-Lucie est serine, épanouie. Elle avale le médicament qui l’attend près de sa place. Les épreuves se succèdent et elle les surmonte. Par la miséricorde du Seigneur. Il la soutient, Il l’aime. Le petit déjeuner est le seul moment de liberté dans la journée. Celui où les soeurs peuvent aller et venir à leur guise, se lever de table quand elles ont terminé, tant qu’elles sont à l’heure pour la prière du matin. D’ailleurs, c’est étrange que la prieure autorise ce flottement dans l’emploi du temps…. Non, la mère supérieure doit avoir ses raisons. Elle pense à tout, elle est admirable. Soeur Marie-Lucie retient une grimace de dégoût en buvant le chocolat chaud qu’on leur sert tous les matins. Il est trop sucré, trop épais. »

Lucie ou la vocation, Maëlle Guillaud. Héloïse d’Ormesson, 2016.

Née en 1974, Maëlle Guillaud est éditrice. Lucie ou la vocation est son premier roman. 

Jour 33 - Sartre, une existence, des libertés, Mathilde Ramadier & Anaïs Depommier

Jour 33 - Sartre, une existence, des libertés, Mathilde Ramadier & Anaïs Depommier

JOUR 31 - Femmes qui courent avec les loups, Clarissa Pinkola Estés

JOUR 31 - Femmes qui courent avec les loups, Clarissa Pinkola Estés