JOUR 285 - Les phrases assassines, Florence Cestac et Véronique Ozanne

JOUR 285 - Les phrases assassines, Florence Cestac et Véronique Ozanne

Je suis en plein déménagement et je viens de retomber sur ce livre. Ado, l me défrisait (ce qui est très dur, car j’ai les cheveux très raide). Humour noir qui fait rire jaune, je n’étais pas bien sûre d’avoir le droit de rire. En vrai, c’est assez réjouissant. 

image

C’est une anthologie de phrases assassines prononcées par des parents à leurs enfants. Une de ces « énormité blessante » que des parents inconscients ou semi-sadiques ont répété à leurs enfants, histoire de s’assurer de leur santé mentale. En bonus, ce sont des phrases des années 60 : toute une époque. Mais je suis sûre qu’on ne fait pas mieux aujourd’hui. Et vous, vous vous souvenez de phrases assassines prononcées par vos parents (on ne leur dira rien, promis) ? 

« On en trouve toujours une… » écrit Jean Teulé. 

image

Il ajoute, joueur :

« Les psychanalystes, avec tout l’argent gagné, devraient faire ériger une statue à la gloire des géniteurs - grands fournisseurs de clients - et la commander à Florence. On y verrait par exemple, un père magistral déclarer à son fils dans un phylactère de marbre : « Si la capote n’avait pas explosé, tu ne serais pas là. » Sur le socle, en lettres d’or, on pourrait lire aussi : « AUX PARENTS, LA PSYCHANALYSE RECONNAISSANTE ». 

image


La bonne nouvelle, c’est qu’à défaut de pouvoir se payer une psychanalyse, on peut se payer une tranche de rire à lire les énormités que ces parents ont pu sortir à leur progéniture effarée (ou effondrée). Voilà, si toute votre éducation est à refaire, vous n’êtes probablement pas le ou la seule. Si on ajoute le trait qui fait mouche de Florence Cestac, c’est déjà ça de gagné. 

image

G.C.

Les phrases assassines, Florence Cestac et Véronique Ozanne. Éditions Verticales, 2001.

Véronique Ozanne a travaillé pendant vingt ans à la télévision pour des magazines de société. Elle est l’auteur de plusieurs documentaires sur les dysfonctionnements familiaux.

Florence Cestac, née en 1949, est un grand nom de la bande dessinée franco-belge. Fondatrice des éditions Futuropolis en 1975 et créatrice du personnage d'Harry Mickson, elle collabore également aux tout premiers débuts de magazines cultes, tels que ‘Pilote’, ‘L'Écho des savanes’ ou encore ‘Charlie Mensuel’, et travaille avec de nombreux auteurs et scénaristes, comme Tonino Benacquista ou René Pétillon. Tout au long de sa carrière, elle obtient de nombreuses récompenses, dont l'Alph'art de l'humour du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, qu'on lui décerne à deux reprises, notamment pour l'album “Le Démon de midi” (1996, Dargaud) en 1997.

JOUR 291 - Cent ans, Herbjørg Wassmo

JOUR 291 - Cent ans, Herbjørg Wassmo

JOUR 282 - La Féministhèque à Paris

JOUR 282 - La Féministhèque à Paris