JOUR 277 - Comment lire un livre ? Virginia Woolf

JOUR 277 - Comment lire un livre ? Virginia Woolf

image

« Le seul conseil en effet qu’une personne puisse donner à une autre à propos de la lecture c’est de ne demander aucun conseil, de suivre son propre instinct, d’user de sa propre raison, d’en arriver à ses propres conclusions. »

Hier soir, j’ai plongé dans les mots de Virginia Woolf. Cet essai, un des dix que compte le recueil, tient en quinze pages au plus. Et dès les premiers mots, mon esprit crie : « Nourriture ! Nourriture ! ». Chaque phrase, j’ai envie de la recueillir ; mes doigts sur le clavier refusent d’arrêter de réécrire ce qu’elle a pensé.

Ce qu’elle a pensé élargit mon propre champs des sensations, me donne plus de mots pour vivre. Elle est généreuse de son intelligence et de son expérience et l’authenticité de sa parole rafraîchit ma journée. 

Il y a des essais que je lis avec plus d’avidité, plus d’émerveillement que des romans. Je ne sais pas exactement à quoi cela tient ; mais quelque chose de l’ordre de cette justesse, de cette capacité à mettre en mots ce qu’il y a de plus fin et de plus insaisissable dans une expérience - ici celle de la lecture.

« Attendez que la poussière se dépose, que le conflit et les questions disparaissent ; marchez, parlez, enlevez les pétales morts d’une rose, ou dormez. Alors, brusquement, sans que nous l’ayons voulu, car c’est ainsi que la Nature opère ses transitions, le livre nous reviendra, mais d’une manière différente. Il flottera au sommet de l’esprit comme un tout. »

G.C.

“Comment lire un livre”, in L’art du roman, Virginia Woolf. Traduit de l’anglais par Rose Celli. Préface d’Agnès Desarthe. Editions du Seuil, 1979 pour la traduction. Éditions Points 2009, pour la préface.

Virginia Woolf née  le 25 janvier 1882 à Londres et morte le 28 mars 1941à Rodmell (Royaume-Uni), est une femme de lettres anglaise. Dans l'entre-deux-guerres, elle est une figure marquante de la société littéraire londonienne et un membre central du Bloomsbury Group, qui réunit des écrivains, artistes et philosophes anglais. Les romans Mrs Dalloway (1925), La Promenade au phare (1927) et Orlando (1928), ainsi que l'essai féministe Une chambre à soi (1929) demeurent parmi ses écrits les plus célèbres. En 1941, à l'âge de 59 ans, elle se suicide par noyade dans l'Ouse, près de Monk’s House, dans le village de Rodmell, où elle vivait avec son mari Leonard Woolf.

JOUR 279 - Elle joue, Nahal Tajadod

JOUR 279 - Elle joue, Nahal Tajadod

JOUR 276 - L’Hibiscus Pourpre, Chimamanda Ngozi Adichie / La Vraie vie, Adeline Dieudonné // Chronique de Claire Porcher

JOUR 276 - L’Hibiscus Pourpre, Chimamanda Ngozi Adichie / La Vraie vie, Adeline Dieudonné // Chronique de Claire Porcher