JOUR 268 - 5 biographies inspirantes, racontées et dessinées par des femmes

JOUR 268 - 5 biographies inspirantes, racontées et dessinées par des femmes

Photo by Alfredson Jr_ from Pexels

Dans ces bande-dessinées, le scénario, le dessin, le découpage, racontent des vies réelles en en faisant des objets de création. Personnages en noir et blanc ou abstractions colorées, récit linéaire ou chapitres qui morcellent la temporalité, histoire de la naissance à la mort ou centrée sur un épisode marquant… Chacune de ces bande-dessinée recourt à des procédés spécifiques narratifs et visuels propres pour toucher du doigt ce qui fait la complexité, la beauté et le mystère d’une vie. 

À la fois subjectives et documentées, elles font passer de très beaux moments de lecture et donnent envie de plonger encore plus avant dans les vies des personnages qu’elles racontent.

Glenn Gould - Une vie à contretemps, Sandrine Revel

« Cet album couronné par le prix Artémisia 2016 marque par sa beauté et sa densité. On sent que l’autrice a cherché à approcher au plus près, avec les moyens de son art graphique, le rythme de la musique. 

Elle mêle les planches virtuoses, celles qui font avancer la narration et celles qui sont de pures pauses visuelles et musicales. Je préfère d’ailleurs les deuxièmes :  sans parole, acceptant le silence du dessin et donnant le sentiment d’éternité de la musique en alignant les cases presque identiques pour les yeux, mais qui indiquent toutes les variations de la mélodie, elles ont une dimension fascinante. »

Avant l’heure du tigre - La voix Malraux, Virginie Greiner et Daphné Collignon

«  Du Paris des années folles au palais d’Angkor, un récit qui fait voyager dans le temps et l’espace. L’ensemble est traité avec un sens de l’épure qui ne sacrifie pas le sens du détail ou de l’amour du trait. Noir et blanc fin, qui dessine les visages avec un mélange de délicatesse et d’intensité. 

Plus que Malraux, c’est bien Clara le coeur de l’album. Intelligente, créative et libre, elle dérange son érudit de mari. Entre les planches qui racontent sa misogynie intellectuelle et artistique et celles qui montrent son absence de scrupule à piller les oeuvres d’art des pays qu’il visite, André Malraux apparaît sous un jour peu glorieux »  

Ainsi soit Benoîte Groult, Catel

« Après son roman graphique sur Olympe de Gouges, Catel a consacré un volume à Benoîte Groult, dont elle avait fait la connaissance. L’approche est un peu différente de la biographie pure, puisque le projet naît d’abord de leur rencontre. Entre les deux femmes, celle née en 1920 et celle née dans les années 60, c’est une estime réciproque et une amitié qui naît dès les premières discussions. 

Les chapitres alternent ainsi les épisodes marquants de la biographie de Benoîte Groult avec les étapes de sa relation avec l’autrice et de la naissance du projet. La vie de Benoîte Groult est passionnante, notamment parce qu’elle permet de traverser le XXème et le XXIème siècle avec différents portraits de femmes, conquérant leur liberté chacune à leur manière. Le style de Catel, noir et blanc tout en fluidité, rend extrêmement vivant chacun des personnages rencontrés dans le passé et le présent… »

Eve sur la balançoire, Conte cruel à Manhattan, Nathalie Ferlut 

« Cette bande-dessinée en un volume raconte l’histoire vraie de Florence Evelyn Nesbit. Née à Pittsburgh en 1884, elle emménage à New York avec sa mère et son frère alors qu’elle a seize ans et que son père est décédé. Sous la conduite maternelle, elle va devenir modèle puis mannequin, se changeant en icône de la publicité photographiée et peinte sur des milliers d’images. 

Le récit raconte cette ascension et les rencontres qui marqueront son destin. Une histoire bien menée, avec un regard plus nuancé sur les rapports humains que ce que le titre de « conte cruel » pouvait laisser imaginer. La cruauté tient cependant toute sa place dans les obstacles que la société, incarnée par des personnes bien réelles, met sur la route de cette jeune femme vibrant de vie, de désir de succès et d’indépendance. » 


Sartre, une existence, des libertés, Mathilde Ramadier et Anaïs Depommier 

« Figure emblématique de la littérature et de la philosophie française, Sartre fut une personnalité à part : libre penseur et révolutionnaire, c'était un homme moderne qui refusait les honneurs. Ce livre retrace avec émotion son engagement politique, ses écrits, sa relation fusionnelle avec Simone de Beauvoir, la création du mouvement existentialiste, etc. J’ai aimé le soin apporté aux portraits individuels, à l’expressivité des mains et aux décors - on visite Paris, l’Ecole normale supérieure, la France occupée et un peu de la Chine. Dans l’histoire, l’accent principal est mis sur les relations : celle avec Beauvoir, celles mais aussi avec les amis intellectuels Nizan, Camus, Merleau-Ponty… 

Grâce à leur travail en finesse, on les voit vivre et on retrouve une époque au travers d’épisodes clés, depuis la tentative d’organiser un réseau de résistants pendant la seconde guerre mondiale jusqu’au procès des « Porteurs de valises » venus en aide au FLN. Malgré tout, au cours de la lecture je me suis fait la réflexion que le personnage que j’avais le plus envie de suivre… était Beauvoir.»

G.C.

JOUR 269 - La contrainte à l’hétérosexualité et l’existence lesbienne, Adrienne Rich

JOUR 269 - La contrainte à l’hétérosexualité et l’existence lesbienne, Adrienne Rich

JOUR 267 - Tag littéraire 100% livres de femmes

JOUR 267 - Tag littéraire 100% livres de femmes