JOUR 217 - Ce cœur changeant, Agnès Desarthe // Chronique de Bree Scotin

JOUR 217 - Ce cœur changeant, Agnès Desarthe // Chronique de Bree Scotin

Des soldats passent et que n’ai-je

Un cœur à moi ce cœur changeant

Changeant et puis encor que sais-je.

Ces quelques vers d’Apollinaire, qui ouvrent le roman d’Agnès Desarthe, se font pourtant vite oublier. En effet, le cœur de Rose, l’héroïne que nous suivons, est bien à elle et tout entier tourné vers Zelada, la nourrice qui l’a élevée. Et lorsque la toute jeune Danoise débarque à Paris – elle n’a qu’une vingtaine d’années - c’est la recherche d’un travail à elle et d’une chambre à elle qui la préoccupe d’abord :

Rose cherchait un travail. Elle aimait prononcer cette phrase pour elle-même, « Je cherche un travail », cela lui donnait l’impression d’être à la fois adulte et pauvre, deux états qu’elle n’avait jamais connus et qui lui paraissaient particulièrement intéressants.

La naïveté de Rose (en partie liée à la langue française, certes !) fait d’abord sourire :

« Qu’est-ce qu’on boit, Marmousette ? »

[…] Rose ne comprenait pas la question. Était-ce une devinette ? De qui la patronne parlait-elle ? Et qu’était-ce au juste qu’une marmousette ? Sans doute un genre de souris, de rongeur en tout cas. « Qu’est-ce qu’on boit ? » Mais qui était ce « on » ? Les Parisiens ? Les Français ?

« Du vin ? répondit Rose d’un ton hésitant.

- Du lait, tu veux dire. Du vin ? Non mais ! Qu’est-ce que t’as dans le carafon ? »

Le carafon ? Où était-il ce fichu carafon ? […] Les énigmes de la femme en tablier étaient sans fin.

Mais très vite sa détresse et sa détermination nous touchent. Son parcours est jalonné de nombreuses figures féminines : chaque étape de sa construction (de sa destruction ?) en tant que femme, puis de mère, se fait par l’entremise d’un personnage féminin puissant, initiateur d’un monde tour à tour professionnel, amoureux, sexuel, maternel. Elle n’est pas née femme, elle le devient peu à peu.

Et puis soudain les vers d’Apollinaire nous rattrapent, de la même manière que l’Histoire rattrape Rose malgré elle : l’affaire Dreyfus d’abord, puis la première Guerre mondiale sont des évènements qui passent au second-plan mais dont les conséquences touchent l’héroïne, sans qu’elle puisse pourtant en mesurer les conséquences. L’Histoire et l’histoire se mêlent sans fin, les drames de l’Histoire rejoignent ses drames personnels, les lieux et les époques s’alternent, jusqu’à ce que la lumière se fasse dans l’esprit de Rose : enfin en mesure de faire ses propres choix, elle dit adieu à son enfance.

Le lecteur reste alors un peu hébété. Après avoir tremblé pour elle tout au long du roman, après lui avoir crié des mises en garde dont elle n'a pas tenu compte, après encaissé presque autant de chocs émotionnels qu'elle, il est finalement difficile de laisser Rose prendre son envol sans savoir ce que lui réserve l'avenir.

Bree Scotin

Ce coeur changeant, Agnès Desarthe. Éditions de l’Olivier, 2015. 

Agnès Desarthe, née le 3 mai 1966 à Paris, est une écrivaine française autrice de livres pour adultes et pour enfants, et une traductrice. Normalienne et agrégée d'anglais, elle a d'abord travaillé comme traductrice. En 1992 elle publie un premier roman pour adolescents, Je ne t'aime pas, Paulus, suivi de trente autres livres jeunesse à l’École des loisirs. Elle est l’autrice d'une douzaine d'ouvrages pour adultes. Elle a obtenu le prix du Livre Inter 1996 pour son deuxième roman, Un secret sans importance. Son sixième roman Mangez-moi, publié en 2006, est traduit dans plus de 15 pays. Elle obtient le prix Renaudot des lycéens en 2010 pour son roman Dans la nuit brune. Son roman Une partie de chasse, obtient en 2012 le Goncourt des animaux. Elle reçoit le prix littéraire du Monde en 2015 pour Ce cœur changeant.

JOUR 218 - Betty Boob, Véro Cazot, Julie Rocheleau

JOUR 218 - Betty Boob, Véro Cazot, Julie Rocheleau

JOUR 213 - Victoria et les Staveney, Doris Lessing

JOUR 213 - Victoria et les Staveney, Doris Lessing