JOUR 181 - Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier // Chronique de Florence Prévoteau

JOUR 181 - Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier // Chronique de Florence Prévoteau

Chronique originellement parue sur le blog Floandbooks : merci à Florence de nous permettre de vous la partager ici !

Résumé

image

Dans les années 1810, à Lyme Regis, sur la côte du Dorset battue par les vents, Mary Anning découvre ses premiers fossiles et se passionne pour ces « prodigieuses créatures » dont l’existence remet en question toutes les théories sur la création du monde. Très vite, la jeune fille issue d’un milieu modeste se heurte aux préjugés de la communauté scientifique. Celle-ci, exclusivement composée d’hommes, la cantonne dans un rôle de figuration.
Mary Anning trouve heureusement en Elisabeth Philpot une alliée inattendue. Cette vieille fille intelligente et acerbe, fascinée par les fossiles, l’accompagne dans ses explorations. Si leur amitié se double peu à peu d’une rivalité, elle reste leur meilleure arme face à l’hostilité générale.

Mon avis

Je remercie tout d’abord Folio et Julie pour l’envoi de ce livre dans la cadre de #MarsAuFeminin ! J’ai lu cette petite merveille avec la copine Lectures du Chatpitre !

Je connaissais Tracy Chevalier de nom, et quelques uns de ses livres m’avait attiré de part leur résumé, mais je n’avais encore jamais eu l’occasion d’en lire un. Lorsque Julie de Folio m’a contacté pour #MarsAuFeminin, elle m’a proposé entre autres ce livre, j’ai donc sauté sur l’occasion.

L’histoire nous plonge en dans l’Angleterre de début du XIXème siècle, où Mary Anning et Elisabeth Philpot ont une passion commune, celle de la chasse aux fossiles. Mary s’en sert pour les revendre, Elisabeth pour les collectionner. 

Jusqu’au jour où Mary va faire une découverte incroyable, un fossile beaucoup plus grand et beaucoup plus vieux que ce qu’elle avait l’habitude de ramasser.

J’ai été séduite immédiatement par la plume de Tracy Chevalier, très douce et très belle, avec ce genre de descriptions qui vous fait vous attacher tout de suite aux personnages et aux lieux dans lesquels ils évoluent. L’histoire est racontée tantôt par Mary, tantôt par Elisabeth, nous avons donc deux points de vue, ce qui enrichi encore le caractère des personnages.

J’ai adoré suivre Elisabeth et sa passion des fossiles. J’ai aussi beaucoup aimé la candeur et l’innocence de Mary qui, étant une femme à l’époque où elles n’ont presque aucun droit, va devoir faire les frais d’une société masculine qui lui vole son travail. Heureusement, Elisabeth sera là pour tenter de faire entendre sa voix auprès de ceux qui ont fait du mal à Mary comme Lord Henley (que j’avais bien envie de claquer à certains moments!!)

« Qui plus est, Mary Anning est de sexe féminin. Une quantité négligeable. Je suis obligé de la représenter, comme d’ailleurs je représente nombre d’habitants de Lyme qui ne peuvent se représenter eux-même. »

On sent la pression sociale que ressent Elisabeth, et on voit son combat tout au long du roman.

» – Je vous ai vu sur la plage, monsieur, et c’est exactement ce que vous faites. Vous n’avez pas découvert l’ichtyosaure (…) J’étais là. Je vous ai vu. C’est son ichtyosaure à elle, et vous lui avez volé. J’ai honte pour vous. »

» Le nom de Mary ne sera jamais consigné dans les revues ou les ouvrages scientifiques : il sera toujours oublié. C’est ainsi. Une vie de femme est toujours un compromis. »

Je vous avoue que parfois j’ai trouvé Mary un peu nunuche c’est vrai, mais en même temps elle est tellement innocente qu’on a envie de la couver, de la protéger… Elisabeth est une formidable petite maman pour Mary.

J’ai beaucoup appris avec ce livre, notamment grâce à la postface où l’auteure nous en dit un peu plus sur cette histoire et nous découvrons que Mary Anning et Elisabeth Philpot ont réellement existé ! Ce n’est pas un coup de coeur mais une vraie prise de conscience sur la position des femmes au XIXème siècle dans le milieu scientifique.

Conclusion

Presque féministe, Prodigieuses créatures est un formidable roman sur la passion des fossiles et une belle critique de la société du XIXème siècle en Angleterre. Lorsqu’on apprend que les deux personnages principaux ont existé, le livre prend un tout autre sens. J’ai hâte de découvrir d’autres romans de cette auteure dont la plume m’a séduite dès les premières pages !

Florence Prévoteau, du blog Floandbooks

Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier. Traduit de l’anglais par Anouk Nehouff. Editions Quai Voltaire, 2010. Folio, 2011.

Tracy Chevalier, née le 19 octobre 1962 à Washington, est une écrivaine américaine. Spécialisée dans les romans historiques, elle habite Londres depuis 1984 avec son mari et son fils. Sa carrière d'écrivaine débute en 1997 avec The Virgin Blue (La Vierge en bleu), mais elle connaît le succès avec Girl with a Pearl Earring (La Jeune Fille à la perle), un livre inspiré par le célèbre tableau de Vermeer. Le film éponyme a obtenu trois nominations aux Oscars du cinéma de 2004.

JOUR 182 - Vernon Subutex tome 1, Virginie Despentes // Chronique de Claire Porcher

JOUR 182 - Vernon Subutex tome 1, Virginie Despentes // Chronique de Claire Porcher

HORS SÉRIE - Conférence Phoenix Brain Rising avec Lauren Bastide, Céline Mas et Inès Leonarduzzi