Jour 13 - Comme un morceau de nuit, découpé en son étoffe, Deborah Heissler // Chronique de NDB

Jour 13 - Comme un morceau de nuit, découpé en son étoffe, Deborah Heissler // Chronique de NDB

Les haikus en français m’ont toujours déçue. Cette forme japonaise brève, si séduisante soit elle, ne m’a jamais paru adaptée à la langue française : nous n’avons pas le même système d’écriture, et nous n’avons pas le même réseau de symboles ; cela ne donne que de pâles imitations de ce que nous croyons comprendre du Japon. Et puis j’ai découvert ce recueil de Deborah Heissler, et je me suis dit : « Voilà la forme que le haiku peut prendre en français. »

image

Silence                   C’est d’abord un nuage d’abricotiers en fleurs, jaunes ou ivoire, comme mille petits papillons mêlés à l’herbe fraîche, mobiles, dans la lueur des lampes quand la nuit monte.

Puis il y avait eu les arbres un peu plus loin dressant leur ossature fragile, la scabieuse de laine bleue comme un regard et ce tumulte de lait dans la pierre profonde, le gémissement enfin de l’air battu d’un vol de ramiers bleus — défi de soie peut-être bien, ou de cuir craquelé.

Comme un morceau de nuit, découpé dans son étoffe est un recueil de petits blocs étroits de prose aux motifs floraux et naturels. La poétesse crée, dans cette prose, une forme qui donne à notre langue l’espace dont elle a besoin pour développer visions et sensations et qui, en même temps, fait tout aussi ciselé qu’un haiku. Cela tient à la brièveté des ensembles, et à la disposition sur la page.

image

C’est un jourfait de mille jours. Une fois encore, je caresse doucement l’écorce aux profondes gerçures, toute tigrée de mousse et de lichens.

C’est un recueil contemplatif et apaisant, qui respire, et qui utilise le lexique français de manière savoureuse – le fait vibrer. Il me donne envie d’écrire, de dessiner ou de réciter ces phrases sous les arbres. Y a-t-il besoin d’en demander plus à la poésie ?

image

Loin                   là-bas, brusque retour de mémoire. Mon amour est une île.

Née en 1976 à Mulhouse, Deborah Heissler a publié deux recueils de poésie aux éditions du Cheyne et privilégie depuis quelques années les collaborations avec des artistes-plasticiens, dont plusieurs sont parues chez AEncrages. Elle co-dirige depuis peu la collection « Alter/natives » (traductions de poètes étrangers) des éditions Centrifuges, spécialisées dans l’édition de livres d’artistes.

Références, actualités et extraits audio sur son site web : https://deborahheissler.blogspot.fr/p/a-propos.html

Comme un morceau de nuit, découpé en son étoffe, Déborah Heissler. Cheyne Éditeur, 2010.

NDB - son blog : https://solhn.wordpress.com

image
Jour 14 - Le rossignol se tait à l’aube, Elsa Triolet

Jour 14 - Le rossignol se tait à l’aube, Elsa Triolet

Jour 12 - Feminist Fight Club, Jessica Bennett

Jour 12 - Feminist Fight Club, Jessica Bennett