JOUR 122 - Ainsi soit Benoîte Groult, Catel

JOUR 122 - Ainsi soit Benoîte Groult, Catel

Catel poursuit dans son entreprise de bande-dessinées dédiées à des vies de femmes marquantes. Après son roman graphique sur Olympe de Gouges, elle a ainsi consacré un volume à Benoîte Groult, dont elle avait fait la connaissance. L’approche est un peu différente de la biographie pure, puisque le projet naît d’abord de leur rencontre. Entre les deux femmes, celle née en 1920 et celle née dans les années 60, c’est une estime réciproque et une amitié qui naît dès les premières discussions. Les chapitres alternent ainsi les épisodes marquants de la biographie de Benoîte Groult avec les étapes de sa relation avec l’autrice et de la naissance du projet.

Dans le passé, on parle de la mère de Benoîte Groult, Nicole, femme de caractère, entrepreneuse et créatrice de mode qui ne comprendra jamais le désintérêt de sa fille aînée pour la féminité et la recherche d’un bon parti ; de sa soeur Flora avec qui, bien qu’opposées, elle s’entendront toute leur vie ; de son père avec qui elle partage l’amour du latin ; de la manière dont elle a vécu la guerre, de ses histoires d’amour ; et de la naissance de sa son premier livre féministe, Ainsi soit-elle, publié en 1975 et vendu à 1 millions d’exemplaires.

La vie de Benoîte Groult est passionnante, notamment parce qu’elle permet de traverser le XXème et le XXIème siècle avec différents portraits de femmes, conquérant leur liberté chacune à leur manière. Les épreuves qu’elle traverse en matière de vie conjugale, d’avortements, de vie professionnelle, donnent la mesure du chemin parcouru et encore à parcourir en matière de droit des femmes. Au-delà de la personne, c’est tout un réseau, un milieu, une époque qui revit au fil de leurs discussions. On croise aussi les grands événements du féminisme de ces décennies, depuis le MLF de mai 68 à la loi Yvette Roudy pour le remboursement de l’IVG en 1982 en passant par le procès de Bobign de 1972. Proche de Mitterrand, Benoîte Groult choisit de ne pas assumer de fonctions politiques mais sera présidente de la Commission de terminologie pour la féminisation des noms de grades et de métiers. La discussion autour de cet enjeu intéresse d’autant plus à l’heure où la question du sexisme dans la langue est encore débattue aujourd’hui avec l’écriture inclusive. Le livre dresse le portrait d’une personnalité forte et attachante et nous permet d’accéder à un peu de ce qui a été son quotidien.

Dans le présent, Catel croque, à chacune de ses rencontres, Benoîte Groult dans les circonstances de sa vie quotidienne. Ses dessins nous font pénétrer dans le petit paradis qu’était sa maison bretonne. Ils restituent l’ambiance de dîners parisiens ou encore les discours qui furent donnés pour son 90ème anniversaire, par ses filles, son éditeur ou ses admiratrices. On parle des fleurs à planter dans un jardin autant que d’Olympe de Gouges ou de la question de savoir si la bande-dessinée peut prétendre être un art…

Le style de Catel, noir et blanc tout en fluidité, rend extrêmement vivant chacun des personnages rencontrés dans le passé et le présent. Ses carnets de croquis, dont certaines pages sont reproduites, sont impressionnants : prises de notes sur le vif, ils restituent à l’économie l’atmosphère d’une terrasse, l’attitude d’un orateur… En nous montrant le processus de la bande-dessinée en train de se faire, Catel intègre des scènes parfois intimes :  représente sa fille en train d’interroger Benoîte Groult ou sa propre mère pleurant d’émotion en la rencontrant, reproduit des oeuvres de la fille de cette dernière, Constance Guimard, etc. Ce qui pourrait sembler nous éloigner du coeur du propos nous y ramène en fait : cela permet de rendre palpable et concret des questions de sororité, d’amitiés féminines et de transmission inter-générationnelle.

Ainsi soit Benoîte Groult, Catel Muller. Grasset, 2013.

Catel Muller, dite aussi Catel, née le 27 août 1964 à Strasbourg, est une auteure de bande dessinée et illustratrice française. En 2005, elle obtient le prix du public au festival d'Angoulême pour l'album Le Sang des Valentines illustré et écrit en collaboration avec Christian De Metter. En 2007, elle reçoit le Grand Prix RTL, puis en 2008, le Grand Prix du Public Essentiel FNAC-SNCF à Angoulême pour sa biographie en bande dessinée de Kiki de Montparnasse mise en image d’après le scénario de José-Louis Bocquet. Catel Muller a consacré des albums à l’historienne d’art Rose Valland, la chanteuse Édith Piaf et l’actrice Mireille Balin. Sa bande dessinée Olympe de Gouges qu'elle a illustrée, sur un scénario de José-Louis Bocquet, a obtenu le Grand Prix littéraire de l’Héroïne Madame Figaro 2012 dans la catégorie Biographies/Documents. En 2014, Catel reçoit le Prix Artemisia de la bande dessinée féminine pour Ainsi soit Benoîte Groult, publiée aux éditions Grasset, bande dessinée qu'elle a scénarisée et illustrée.

JOUR 123 - Journal de Berlin, Alona Kimhi

JOUR 123 - Journal de Berlin, Alona Kimhi

JOUR 121 - Le retour d’Antoinette, Olivia Vieweg

JOUR 121 - Le retour d’Antoinette, Olivia Vieweg