JOUR 116 - La différence invisible, Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

JOUR 116 - La différence invisible, Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

La Différence invisible raconte la vie en apparence tout à fait ordinaire de Marguerite. 27 ans, elle travaille dans une grande entreprise, est intelligente, jolie, vit en couple et adore ses chats. Pourtant sa vie est, à de nombreux égards, très compliquée. Le bruit de l’open space, pénible pour beaucoup de gens, lui devient vite insupportable au point de devoir s’enfermer dans les toilettes. La perspective d’une soirée entre amis ou collègues peut lui faire traverser une crise d’angoisse. Elle semble ne rien comprendre au second degré. Son trajet matinal jusqu’au bureau répond aux exacts même déplacement et habitudes calibrés presque à la minute près.

Lorsque ses réactions inhabituelles pour son entourage lui font vivre une crise émotionnelle trop forte, elle va commencer à chercher des réponses. Se pourrait-il qu’elle soit « autiste-asperger » ?

La préface de Carole Tardif et Bruno Gepner mettent en contexte ce récit personnel dans le contexte plus large des personnes atteintes de ce syndrome :

« (Cet album) explique et illustre très bien un aspect malheur des femmes aspies : leur invisibilité, source d’errance diagnostique et de souffrance parfois importante. Comme nous l’avons dit, le diagnostic des femmes Asperger est difficile à établir et donc sous-estimé de fait, pour plusieurs raisons. L’une d’elles est l’existence de capacités d’empathie émotionnelle et cognitive meilleures chez les femmes Asperger que les chez les hommes Asperger (tout comme dans la population générale, d’ailleurs) ce qui leur permet des adaptations sociales de surface, de « faire semblant », de camouflage accrues par rapport aux hommes. »

C’est une bande-dessinée touchante par son authenticité, utile par son propos, efficace par son dessin et sa narration maîtrisés. C’est subtil, d’arriver à mettre le doigt sur la nature de cette différence « invisible » à l’oeil nu, mais qui a des conséquences très visibles sur une vie. À diffuser, pour aider à éduquer autour de ces enjeux et problématiques voire permettre à quelqu’un de se reconnaître ; mais aussi pour le message plus universel qui est porté par Mademoiselle Caroline et Julie Dachez, formulé très joliment je trouve dans la dédicace de Julie Dachez :

« Vous qui, par votre simple existence, transgressez les normes établies.

(…)

Votre différence ne fait pas partie du problème, mais de la solution.

C’est un remède à notre société, malade de la normalité. »

G.C.

La différence invisible, Mademoiselle Caroline et Julie Dachez. Delcourt / Mirages, 2016.

Julie Dachez est docteure en psychologie scénariste de la bande-dessinée La Différence invisible (2016) et autrice du livre Dans ta bulle, Les autistes ont la parole : écoutons-les ! (2018)

Mademoiselle Caroline est née à Paris et réside en Haute-Savoie.
Elle est l’auteure de plusieurs albums humoristiques et autobiographiques : Quitter Paris et Je commence lundi, le régime anti-régime (City). En 2013, elle a publié Chute libre, carnets du gouffre (Delcourt), un récit sur ses trois dépressions qui a suscité l’engouement des médias et des lecteurs. Elle est la dessinatrice de Touriste avec Julien Blanc-Gras au scénario (Delcourt) et, plus récemment, l’auteure et dessinatrice de Enceinte ! C’est pas une mince affaire et Le Mariage pour les Nuls en BD (Delcourt). Elle publie avec Julie Dachez La Différence invisible, pour 2016, sur le syndrome d’Asperger, inspiré du blog de Julie (emoiemoietmoi.over-blog.com).

JOUR 117 - C’est toi ma maman ? Un drame comique, Alison Bechdel

JOUR 117 - C’est toi ma maman ? Un drame comique, Alison Bechdel

JOUR 115 - J’apprends magazine n°1, «  Quelques vérités sur le corps humain  », Daphné Geisler et Sophie Gendron // Chronique de Claire Porcher

JOUR 115 - J’apprends magazine n°1, «  Quelques vérités sur le corps humain  », Daphné Geisler et Sophie Gendron // Chronique de Claire Porcher