JOUR 115 - J’apprends magazine n°1, «  Quelques vérités sur le corps humain  », Daphné Geisler et Sophie Gendron // Chronique de Claire Porcher

JOUR 115 - J’apprends magazine n°1, «  Quelques vérités sur le corps humain  », Daphné Geisler et Sophie Gendron // Chronique de Claire Porcher

Dans un monde où la vérité n’existe plus, où nous avons oublié tout ce qu’on avait appris à l’école, où même ce qu’on a appris à l’école n’est plus vrai (comment ça, Pluton n’est plus la 9e planète du système solaire  ?), où un président de la République, élu avec 43% des voix des électeurs inscrits pour éviter une possible dictatrice d’accéder au pouvoir, fait voter une loi contre les fake news qui peut servir d’outil parfait pour une propagande d’Etat, je vous propose de rigoler un peu. Exit les encyclopédies scientifiques, exit les vérifications de données en douce sur Google sous la table pendant un dîner en ville, exit les vérités inaltérables (oui j’aurais dû écrire «  exeunt  » mais ça sonne moins). Place aux sciences approximatives.

Le concept de J’apprends magazine est simple  : les autrices, Daphné Geisler et Sophie Gendron, choisissent un thème, ici le corps humain, se documentent sur plusieurs sujets qui lui sont liés, ferment leur wikipédia et leurs bouquins sérieux et débutent une restitution très approximative dans leur revue. Je ne vais pas aller par quatre chemins  : le résultat est le livre le plus drôle que j’ai lu en 2018. J’ai pleuré de rire. Il y a des témoins pour le prouver.

D’abord, chacune des deux autrices expose ses connaissances sur le sujet donné puis elles cherchent les points communs pour conclure chaque chapitre sur une conclusion, qualifiée de «  logique et synthétique  », et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est synthétique en effet. Par exemple, la conclusion du chapitre sur la croissance et l’évolution du corps humain est  :

«  A la naissance, on peut peser 3 kg et mesurer 60 cm. Il y a une période où il y a un changement hormonal.  »

Tout cela énoncé avec un ton très faussement neutre, et agrémenté de mille et une punchlines délicieuses  :

«  Pour effectuer des mouvements nous avons des muscles, eux-mêmes composés de fibres (il faut imaginer du bœuf bourguignon).  »

«  Ensuite, ce sera la décroissance  : la décroissance n’a pas de limites.  »

«  La police aime les preuves ADN.  »

«  En France, seul un médecin peut déclarer la mort d’un humain, cela permet d’éviter quelques malheureuses erreurs. Cependant, il existe une exception  ; en effet, un pompier peut effectuer ce constat dans trois cas exceptionnels  : une putréfaction du corps, la séparation de la tête du buste, et une troisième, que j’ai oubliée.  »

Je vous recommande en particulier le chapitre sur la beauté, qui est tout à fait merveilleux, et qui vous rappellera le rôle prépondérant des ventes de crèmes hydratantes dans la définition des canons de beauté.

Chaque page est illustrée de dessins réalisés par les brillantes autrices, dans un style didactique très bien imité, avec de la ligne claire et du réalisme et des flèches pour pointer des trucs. Mention spéciale pour la couverture, qui montre un homme (médecin  ?) qui lit un bouquin (J’apprends magazine  ?) pendant qu’au premier plan, quelqu’un est allongé sur la table d’examen. Est-il mort, est-il malade, se gèle-t-il les miches en attendant que le docteur ait fini son chapitre  ?

Un ouvrage décomplexant et réjouissant. En plus, le numéro 2 est en préparation…


Claire Porcher

J’apprends magazine n°1, «  Quelques vérités sur le corps humain  », Daphné Geisler et Sophie Gendron

Pour se procurer J’apprends magazine  : https://japprendsmagazine.bigcartel.com/

Pour en savoir plus sur le travail de Daphné Geisler  : http://yesdaphnegeisler.tumblr.com/

Pour en savoir plus sur le travail de Sophie Gendron  : http://sauceaujambon.tumblr.com/

JOUR 116 - La différence invisible, Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

JOUR 116 - La différence invisible, Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

JOUR 114 - Abraham Petrovitch Le Prince noir de Russie, Milena Kano

JOUR 114 - Abraham Petrovitch Le Prince noir de Russie, Milena Kano