JOUR 114 - Abraham Petrovitch Le Prince noir de Russie, Milena Kano

JOUR 114 - Abraham Petrovitch Le Prince noir de Russie, Milena Kano

image

Ce court roman graphique en format paysage créé, à travers la vie d’un homme, un pont du XVIIIème au XXIème siècle.

Son récit commence à notre époque, sur une méditation fascinée pour les livres enluminés. Ces textes ornés d’images qui attirent l’attention sur eux, les rendent beaux et attirants. Mettent en valeur les histoires et les vies qu’ils racontent ; y compris celles qu’on a presque oubliées.

Elle commence l’histoire d’Abraham Petrovitch alors qu’il est déjà adolescent et suit les pas de Pierre le Grand en train de fonder Saint-Pétersbourg. Il est son secrétaire, son protégé et, remarqué pour ses capacités intellectuelles, il part faire de brillantes études d’ingénieur en France. À son retour, il conçoit les plans des fortifications de nombreuses villes de l’Empire russe, d’abord sous le règne de Pierre, puis, plus tard d’Elisabeth Ière. Ce que l’on comprend par les images mais qu’elle laisse en suspens pour une explication déjà avancée de son récit, c’est qu’Abraham Petrovitch est Africain. Né à Logone, près du lac Tchad (dans l’actuel Cameroun), il a été enlevé alors qu’il était enfant pour le compte de Pierre le Grand. Libéré, il devient le filleul du Tsar. Oh, et son histoire ne s’arrête pas à ses hauts faits stratégiques sous deux règnes. Avec sa seconde épouse, Christina Regina Sioberg, il a dix enfants. Parmi ceux-ci se trouve Ossip, qui deviendra le grand-père du poète quasi vénéré en Russie, Pouchkine.

Milena Kano conclut son récit aux parfums épiques sur dialogue entre deux agents de sécurité noirs, à notre époque. S’adressant à un client en difficulté, on comprend que l’un et l’autre sont en train de finir de brillantes études.

On éprouve à la lecture le même genre de plaisir que procurent les Culottées : la réhabilitation par une histoire bien menée d’une vie que la mémoire collective a laissé dans ses zones d’ombre. L’admiration pour les exploits d’une personne défiant tous les attendus d’une époque.

La narration sait ménager l’intérêt en rythmant et aménageant des flashbacks mettant le récit en tension. Des partis pris graphiques, personnages et décor en noir et blanc fluides se développant sur la longueur du format paysage, j’aime particulièrement l’intégration du texte dans les images : certaines cases intègrent des mots ou phrases entières en russe (donc alphabet cyrillique) et parfois arabe. Sortant d’une porte ou de la tête d’un personnage, les lettres dont la présence semble autant graphique que significative, donnent à la bande-dessinée ce côté de « manuscrit enluminé » témoignant de l’importance accordée à cette vie racontée.

Abraham Petrovitch Le Prince noir de Russie, Milena Kano. Dagan BD, 2012.

Milena Kano est autrice et dessinatrice de bande-dessinée.

JOUR 115 - J’apprends magazine n°1, «  Quelques vérités sur le corps humain  », Daphné Geisler et Sophie Gendron // Chronique de Claire Porcher

JOUR 115 - J’apprends magazine n°1, «  Quelques vérités sur le corps humain  », Daphné Geisler et Sophie Gendron // Chronique de Claire Porcher

JOUR 113 - Entre mes mains, Anne-Constance Vigier

JOUR 113 - Entre mes mains, Anne-Constance Vigier