Le jardin arc-en-ciel, Ogawa Ito

Le jardin arc-en-ciel, Ogawa Ito

Izumi, maman d’un jeune garçon, est divorcée depuis peu. Chiyoko, lycéenne en terminale, s’apprête à se jeter sous un train. Izumi la voit, comprend, et l’emmène dîner chez elle à la place. Elles tombent amoureuses et, en quelques jours, décident de fuguer et ne plus se quitter. Avec Sosuke, le fils d’Izumi, elles trouvent refuge dans un petit village du Japon « où les étoiles sont belles » en pleines montagnes. Elles prennent possession d’une maison en semi-ruine où leurs projets vont fleurir dans leur jardin orné d’un drapeau arc-en-ciel.

Dans ce roman d’amour, la rencontre ne prend que quelques pages, au départ. Le coup de foudre est une affaire vite réglée et qui, par certains aspects, est loin des clichés romantiques !

Le début m’a semblé presque étrange au regard de la suite, mais plus on avance, plus l’histoire et les liens entre les personnages nous emmènent.

C’est un roman très doux. Il fait le pari de nous poser comme évident l’amour entre deux personnes : ce n’est pas dans la séduction, les tromperies, les douleurs mutuellement infligées que l’autrice créé les tensions propices à l’émotion. Et ça paraît bête, mais ça fait du bien de lire l’histoire d’un couple qui s’aime - et qui pourtant a une histoire (« les gens heureux n’ont pas d’histoire » disait l’autre - peut-être que si, parfois ?)

Pour ces héroïnes, l’aventure, la vraie, c’est celle de construire une famille. Et notamment de construire une famille quand on est deux femmes. Je trouve que c’est un beau sujet, délicat à traiter.

Quand je dis que c’est un roman doux, je pense à sa vision de l’humanité : des personnages qui s’aiment et se témoignent affection, chacun à leur manière et avec leurs failles, mais avec une profonde sincérité et bienveillance.

Pour autant, l’histoire n’est pas exempte de tristesse ; attendez-vous à avoir les yeux qui brillent, ou pire. Mais ce n’est pas une tristesse amère.

Et, sur un registre plus léger, attendez-vous aussi à avoir l’estomac qui gronde. Certes moins nombreuses que dans Le Restaurant de l’amour retrouvé, les mentions de plats préparés à base d’herbes du jardin, de tofu, de miso, de légumes fermentés, n’en créent pas moins une nostalgie immédiate de saveurs inconnues et parfumées. Le café au lait aussi met l’eau à la bouche.

Une très jolie lecture, dévorée en un long dimanche après-midi avec de nombreuses tasses de thé fumant. Juste ce qu’il me fallait.

G.C.

Le jardin arc-en-ciel, Ogawa Ito. Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako. Editions Philippe Picquer, 2016. Publication originale, 2014.

Née en 1973, Ito Ogawa est une écrivaine japonais connue de chansons et de livres illustrés pour les enfants. Avec Le restaurant de l'amour retrouvé, son premier roman, elle a obtenu un grand succès auprès des critiques et du public. Le roman a remporté le Prix Étalage de la Cuisine 2011 et une version cinématographique est sortie sur les écrans japonais en 2010.

Les cinq sexes, Anne Fausto-Sterling

Les cinq sexes, Anne Fausto-Sterling

Mary Poppins, Pamela Lyndon Travers

Mary Poppins, Pamela Lyndon Travers